Renoncement culturel

hqdefault_BICUBIC_1_Snapseed

 

Malaise dans la civilisation

« Il est impossible de ne pas se rendre compte en quelle large mesure l’édifice de la civilisation repose sur le principe du renoncement aux pulsions instinctives, et à quel point elle postule précisément la non- satisfaction (répression, refoulement ou quelque autre mécanisme) de puissants instincts. Ce « renoncement culturel » régit le vaste domaine des rapports sociaux entre humains ; et nous savons déjà qu’en lui réside la cause de l’hostilité contre laquelle toutes les civilisations ont à lutter. »

Sigmund Freud          Autres Billets

Plus vivante que jamais …

BIO_Biography_Sigmund-Freud-Psychoanalysis_SF_HD_768x432-16x9

 

Cinq leçons sur la psychanalyse 

« J’ai souvent eu l’occasion, au cours de ces dernières années, d’apprendre, en lisant les comptes rendus de certains congrès ou de séances de sociétés scientifiques ou de certaines publications psychanalytiques, que la psychanalyse était morte, définitivement terrassée et réfutée. Je pourrais, en réponse à cette déclaration, suivre l’exemple de Mark Twain qui, ayant lu dans un journal l’annonce de sa mort, adressa au directeur un télégramme pour lui faire savoir que : « la nouvelle de ma mort est fort exagérée ». A la suite de chacune de ces annonces macabres, la psychanalyse se montre plus vivante que jamais, plus riche en partisans et en collaborateurs, se donnant de nouveaux organes. Dire de quelqu’un qu’il est mort vaut souvent mieux que lui opposer un silence de mort. »

Sigmund Freud          Autres Billets

Supporter la vie

18wam9wbuoee8jpg_Snapseed

 

Malaise dans la culture

« La vie telle qu’elle nous est imposée est trop lourde pour nous, elle nous apporte trop de douleurs, de déceptions, de tâches insurmontables. Pour la supporter, nous ne pouvons nous passer de moyens palliatifs […]. De tels moyens, il en est peut-être de trois sortes : de puissances diversions qui nous font mépriser notre misère, des satisfactions de substitution qui la réduisent, des stupéfiants qui nous y rendent insensibles. »

Sigmund Freud

Autres Billets